LOKKAP-header-cas-client-Djamila-dugand-bouguerra.jpg
logo-lokkap-fond-couleur.png

Agence de gestion locative lyonnaise
Biens nus & Biens meublés

CAS CLIENT

Loyers impayés, litige de régie 
et expulsion de locataire

  • Nom /prénom : Djamila DUGAND-BOUGUERRA

  • Age : 62

  • Profession : agent administratif

  • Nombre de bien en location : 3 appartements

  • Bien en litige : T3 / 53 m² / Vaulx en Velin

lokkap-fleche.png

EN RÉSULTATS

lokkap-proprietaire-rentable.png

4 200€ à 8 400€

Pertes financières épargnées

lokkap-proprietaire-proximite.png

3 mois

Durée
d'intervention

« J’ai pu récupérer mon bien dans des délais inespérés et avoir à nouveau la conscience tranquille face aux charges financières qui s’accumulaient de mois en mois.
Merci LOKKAP, merci Valérie CHIPIER. » 

lokkap-proprietaire-perte-loyer-01.png

10 936 €

Pertes financières
avant intervention

LE CONTEXTE DU LITIGE

  • Mise en situation :

    Madame DUGAND -BOUGUERRA détient un T3 de 53 m² à Vaulx en Velin depuis 2017. Elle en confie la gestion à une première agence, puis à une seconde en décembre 2020.

    Une fois rattachée à la seconde agence, les premiers mois s’écoulent sans qu’elle ne perçoive de loyers. Pensant qu’il s’agit d’un contre temps entre les deux agences, l’inquiétude ne se fait pas ressentir. La situation se poursuit les mois suivants mais cette fois-ci Mme DUGAND-BOUGUERRA tente d’avoir des explications.

    Elle finit par découvrir que le locataire ne payait déjà plus ses loyers auprès de la première agence mais que cette dernière lui versait, malgré tout, les sommes dues par l’intermédiaire d’une assurance impayé (GLI) : première surprise !

    Elle découvre dans un second temps, que la seconde agence (ayant repris la gestion locative de ce même bien) n’a pas pris le soin de l’avertir de la situation, qui plus est, de lui proposer une assurance loyer impayé, une fois l'arriéré réglé : seconde surprise !

    Plus d’une année s’écoule sans que madame DUGAND-BOUGUERRA ne prenne conscience des impayés de son locataire. Elle se retrouve donc avec un manque à gagner de 10 936 euros et une problématique d’expulsion.

  • Prémices des démarches :

    Madame DUGAND-BOUGUERRA, tente de trouver un arrangement avec le locataire pour que ce dernier règle ses dettes mais sans réussite. Les commandements de payer resterons également sans effet les 2 mois suivants…

    « J’ai eu l’impression de me faire doublement voler, d’une part par l’agence qui a volontairement omise de clarifier la situation et d’autre part, par le locataire qui continuait à ne pas payer son loyer […] je me suis sentie démunie. J’en ai donc parlé à mon entourage. Une amie qui détenait déjà un bien en gestion auprès de LOKKAP m’a fortement recommandé de prendre contact avec ces derniers […] je ne la remercierai jamais assez pour cela ! ».

    En mars 2021, madame DUGAND-BOUGUERRA contacte Valérie CHIPIER, gestionnaire immobilier chez LOKKAP. Un rendez-vous est fixé la semaine qui suit.

    « Je me suis rendu à l’agence de Villeurbanne avec de très nombreux documents, plus qu’il n’en faut, afin d’exposer au mieux la situation : tenu des comptes locatifs, relevé de compte bancaire, mandat, justificatif d’assurance, etc.. Valérie a pris le temps d’étudier le dossier en direct.  
    De façon très professionnelle, elle m’a exposé les points complexes de mon dossier et les démarches que cela impliquait. Le deal était donc le suivant : je lui confiais la gestion de cette location ainsi que de mes deux autres biens si elle parvenait à régler au plus vite ce problème »

LES SOLUTIONS MISES EN ŒUVRE PAR LOKKAP

  • Saisir le tribunal :

    Lorsque Valérie CHIPIER prend le dossier en main, les expulsions sont strictement interdites pour cause de COVID.
    Durant ce temps, elle ira saisir la justice pour pouvoir résilier le bail, faire reconnaître le montant des impayés et demander à récupérer le logement.
    « Les démarches sont longues. À chaque acte des délais sont impartis, ce qui démotive le plus souvent les propriétaires bailleurs », explique Valérie.

    Le tribunal finit par prononcer la résiliation du bail pour défaut de paiement du loyer. Malgré cela le locataire refuse toujours de quitter les lieux.

  • Effectuer un suivi régulier auprès de l’huissier :

    Valérie n’a eu de cesse de relancer régulièrement l’huissier pour connaître l’état d’avancement de la procédure mais surtout pour en accélérer les procédures. « Il était primordial de faire pression pour obtenir le concours de la force publique au plus vite » nous explique-t-elle.

    Madame DUGAND-BOUGUERRA nous confie :
    « J’ai été agréablement surpris par sa ténacité […] Valérie n’arrêtait pas d’insister auprès de l’huissier pour obtenir une date d’expulsion […] en me représentant, elle s’est également rendue à plusieurs reprises au commissariat de Vaulx en Velin afin d’accélérer un maximum les démarches »

  • Faire intervenir la force publique pour l’expulsion :

    Au moins de juin, soit trois mois après leur première prise de contact, Valérie CHIPIER annonce à Madame DUGAND-BOUGUERRA que le préfet a donné son accord d’expulsion pour le 20 juillet 2021. Assister des forces publiques, de l’huissier et du commissaire de police de Vaux en Velin, Valérie s’est rendue aux côtés de Madame DUGAND-BOUGUERRA le jour de l’expulsion.

     « Quel soulagement, je ne la remercierai jamais assez pour son travail ! J’ai pu récupérer mon bien dans des délais inespérés […] L’appartement était certes dans un très mauvais état mais j’avais à nouveau la conscience tranquille face aux charges financières qui s’accumulaient de mois en mois (loyer, charge de copropriété, facture énergétique,...) » 

Avant intervention

Après intervention

RETOUR SUR EXPERIENCE

  • Des pertes financières limitées :

    Au-delàs des 10 936€ de loyers impayés (avant l’intervention de Valérie) et des 8 000€ de travaux pour la remise à neuf du bien, les pertes financières auraient pu être beaucoup plus conséquentes !

    La cliente explique :
    « je suis persuadée  que la situation serait encore la même aujourd’hui sans son intervention ! Peut-être que cela aurait encore duré 6 mois, 1 an, voire plus […] Je n’avais clairement pas la force de me battre comme elle a pu le faire pour moi […] j’aurais surement fini par craquer »

    Valérie a en effet considérablement accéléré les procédures d’expulsion. Grâce à son intervention, elle a pu limiter les pertes financières de 700€ par mois, soit 4 200€ pour six mois et jusqu’à 8 400€ pour une année de procédure... 

  • Un accompagnement de bout en bout :

    L’accompagnement de LOKKAP ne s’est pas arrêté aux procédures d’expulsion. Pendant que Madame DUGAND-BOUGUERRA s’occupait de remettre le logement à neuf, Valérie, pour sa part, s’est assurée de trouver de nouveaux locataires fiables.

    « Valérie aura même refusé un dossier de candidature qu’une connaissance m’avait transmis […] à la place elle a su me proposer deux autres profils avec de bien meilleures garanties financières […] son professionnalisme n’est décidément pas à remettre en question, un travail irréprochable […]  », nous explique Madame DUGAND-BOUGUERRA.

  • Une relation de confiance et de proximité :

LOKKAP-valerie-chipier-Djamila-.jpg

« Je ne pourrais jamais oublier ce qu’a fait Valérie pour moi […] Malgré la complexité du dossier elle me tenait régulièrement informé des procédures en cours.

Mieux encore, elle n’a pas hésité à me rendre visite un samedi matin à mon domicile afin de me faire signer des documents urgents qui impliquaient mon consentement pour les procédures d’expulsion

[…] Je peux vous assurer que je considère Valérie comme une amie aujourd’hui »  

Vous souhaitez nous confier la gestion locative de votre bien ?

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook